Nos évènements

Juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 

 

Le défi « humanitaire » principal est « d’apporter une assistance adéquate aux réfugiés sahraouis sur le territoire algérien ». En plus, des autres défis humanitaires sont que l’Algérie pourrait avoir à faire face à un flux des réfugiées potentiels des cas de demandeurs d’asile individuels ainsi qu’à des catastrophes naturelles ou d’origine humaine

Premier volet : L’attention portée aux réfugiés sahraouis. Le premier défi est que « les programmes sont adéquats à la situation dans les camps ». Cet effet peut se réaliser via une réorientation des programmes d’urgence vers des programmes de réhabilitation et de renforcement des capacités, avec la perspective d’une solution politique qui permettrait le retour des réfugiés sur leurs terres d’origine.

Ceci pourrait se concrétiser via un changement du type d’assistance internationale. Ensuite, le deuxième objectif est de créer une économie locale solide et renforcer les institutions de représentation des refugiés. Si les capacités économiques et institutionnelles sont renforcées, la population sahraouie sera plus intégrée et moins vulnérable pour les choix de développement futurs. Enfin, le dernier objectif est celui d’accroitre l’intérêt de la communauté internationale et des bailleurs de fonds. Pour cela les actions de sensibilisation et de plaidoyer doivent être révisées en fonction de cette nouvelle approche. Les futurs projets du Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) seront révélateurs pour ce changement de stratégie qui vise le renforcement des capacités du peuple sahraoui, en attendant qu’une solution politique soit trouvée.

Deuxième volet : L’attention portée aux autres réfugiés. Les demandeurs d’asile individuels, qui sont de manière générale bien reçus et traités à temps, peuvent bénéficier d’un « cadre juridique approprié mis en place » par les autorités. Il reste donc à faire aboutir le projet de loi spécifique au droit d’asile avec une clarification des procédures de détermination du statut de réfugié. Avec ce cadre, le postulat est que les demandeurs d’asile soient enregistrés dans les plus brefs délais pour leur permettre l’accès aux droits de leur statut. Par ailleurs, l’afflux de réfugiés potentiels reste aussi un autre défi. L’objectif est de faire en sorte qu’un éventuel flux massif de réfugiés soit reçu et pris en charge par les autorités. De ce fait, le gouvernement algérien doit avoir les capacités d’accueil, pour ainsi éviter d’éventuelles catastrophes humanitaires. Ainsi, pour atteindre cet objectif vital pour maintenir la paix et la sécurité, un « dispositif de coordination intersectorielle de préparation aux catastrophes naturelles et d’origine humaine doit être mis en place ». Son fonctionnement se baserait sur une dichotomie fondamentale : en amont la prévention et en aval la réaction. Il s’agira donc de travailler au développement d’une expertise sur ce système, en commençant par un état des lieux permettant de combler les besoins du gouvernement grâce au savoir-faire du SNU.