Nos évènements

Juillet 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
  • gouvernance 1
  • gouvernance 2
  • gouvernance3

 

La priorité retenue est de « renforcer la confiance entre les gouvernés et gouvernants à travers une bonne gouvernance et de poursuivre la modernisation et la consolidation de l’Etat de droit ». Pour ce faire, cinq volets forment le domaine de la Gouvernance et des Droits de l’Homme, liés indissolublement aux priorités nationales qui trouvent leur repère aussi dans les points I, III et V de la Déclaration du Millénaire (OMDs).

Premier Volet : Renforcer la protection des droits et l’exercice des libertés d’ici à 2015. Pour atteindre cet objectif principal, le CdCS prévoit de développer un système d’alerte et de veille par une pluralité d’acteurs, qui puisse identifier plus efficacement les cas de violation des droits. Ensuite, renforcer l’accès à la justice et renforcer la connaissance des citoyens de leurs droits et des mécanismes judiciaires. Cela permettrait aussi une perception rehaussée des systèmes administratifs et judiciaires au sein de la population.

Deuxième Volet : Renforcer la lutte contre la corruption, dans un premier temps en repérant et en dénonçant les cas d’abus et de corruption, et ensuite en renforçant l’efficacité des institutions et organes nationaux dans la lutte contre ce fléau.

Troisième volet : Rendre l’administration publique plus efficace, plus équitable et plus transparente, en œuvrant pour que l’administration devienne plus redevable et plus reconnue par le citoyen.

Quatrième volet : La participation des citoyens dans la vie publique est davantage promue, à travers l’élargissement des espaces et conditions de participation de la société civile, et renforcer l’accès des citoyens à une information crédible en améliorant la perception et la connaissance des médias par les citoyens.

Cinquième volet : La bonification de la gouvernance économique, à travers une « plus grande diversification économique soutenue par une pluralité d’acteurs ». De fait, elle se traduira par une place plus importante des secteurs hors hydrocarbures dans le PIB, et par une part plus significative des IDE (Investissement directe étranger) dans les investissements.